Un piano sans queue ni tête

Un piano sans queue ni tête. Roman policier illustré par le si talentueux/poétique/drôle Yves Dumont, publié par les éditions Frimousse en 2019. Pour les lecteurs dès 7 ans.

Avec de la musique, des haïkus et une enquête complètement farfelue dedans.

 

 

 

Les questions ne manquent pas après la découverte d’un piano au bord de la falaise : qui a déposé le piano à l’endroit le plus élevé de l’île ? Comment et surtout… pourquoi ?

Sous le regard mordant de la journaliste Esther Éopite, l’inspecteur Lépingle mise sur l’improvisation la plus totale pour démasquer le coupable.

L’inspecteur Lépingle en pleine enquête, visiblement.

 

Les sources d’inspiration qui ont nourri l’histoire sont principalement :

-les séries télévisées Columbo, Ptit Quinquin, Twin Peaks.

-les îles bretonnes de Belle-Île, Bréhat, Sein.

Les lieux du crime.

 

-une anecdote concernant la vie du compositeur et pianiste Frédéric Chopin : on dit qu’il aurait composé la « Valse minute » ou « Valse du petite chien » (à écouter ici) en cherchant à décrire, par le rythme de la musique, un chien qui pourchasse sa queue (ledit chien étant celui de la romancière George Sand, l’amoureuse de Chopin).

-un fait divers : il y a quelques années, un piano a été découvert au bord d’une falaise, dans le Finistère. Comment a-t-il été déposé là ? Par qui ? Pourquoi ?

À la sortie du livre, j’ai été contactée par la vraie personne qui a déposé le vrai piano… C’est l’artiste Marin Esteban, musicien cinéaste, qui a hissé le piano à cet endroit, pour y tourner un court-métrage, Plogoff.

C’est très drôle de voir comme deux univers fictionnels peuvent s’entremêler !

Marinière, conque et gros Scotch®.

 

Trouver Un piano sans queue ni tête dans une librairie ? Il suffit de cliquer ici pour savoir où il se trouveou bien  pour le recevoir directement chez soi !

Les lecteurs en parlent…

Sur le blog Vivrelivre : « Une enquête rocambolesque, truffée de fausses notes, au suspense qui va crescendo, aux références et jeux de mots nombreux. J’adore ! »